Chaussures de sport

Choisir ses chaussures de sport


Articulations fragilisées, tendinites, douleurs dans le dos ou les genoux. Des chaussures inadéquates peuvent ruiner votre séance de sport. Alors comment opter pour celles qui conviendront parfaitement à votre pratique ?

 

Il est évident qu’on évitera de porter ses crampons de football pour soulever des altères en salle de gym. Mais d’autres subtilités peuvent nous échapper dans l’art de bien se chausser pour le sport. Existant sous toutes les formes, les chaussures peuvent nuire à nos efforts si elles sont mal choisies. Alors comment adopter les mieux adaptées à sa pratique sportive ?

Plusieurs critères doivent être pris en compte, à commencer par votre pointure évidemment, le sport que vous pratiquez, votre pronation (c’est-à-dire la direction vers laquelle votre pied bascule juste après avoir touché le sol pendant la course), mais aussi votre poids et l’intensité de votre pratique sportive. Si vous vous entraînez tous les jours, vous pouvez même acheter deux fois la même paire afin de les porter en alternance. On vous conseille d’aller les essayer en boutique en fin de journée car vos pieds et vos chevilles sont généralement plus gonflés.

En ce qui concerne l’usure de vos chaussures de sport, elle dépend de l’intensité de votre pratique, de votre poids mais aussi du sol sur lequel vous vous exercez. Plus vous êtes lourd, plus les sols sont durs, et plus rapidement s’usera votre paire. Afin de garantir les qualités amortissantes de vos chaussures, on vous conseille de les renouveler toutes les 150 heures de pratiques sportives en moyenne.


Course à pied

Les critères les plus importants pour choisir vos runnings sont leur poids et la façon dont elles compensent votre pronation. En fonction de votre façon de vous tenir pendant l’effort, vous pouvez déterminer si vous avez un pied universel (juste après le contact avec le sol, vos pieds restent stables, ne déversant ni vers l’extérieur, ni vers l’intérieur), pronateur (vos pieds déversent vers l’intérieur) ou supinateur (vos pieds déversent vers l’extérieur).

Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas à l’arrière de la semelle que l’on peut déterminer votre façon de courir (car il est normal de constater une forte usure vers l’extérieur, quel que soit le type de pied) mais bien à l’avant de la chaussure, sollicitée pendant la phase de propulsion de votre foulée. Une forte usure interne indique un pied pronateur, et une externe un pied supinateur.

La bonne paire de running permet de contrebalancer votre pronation afin d’avoir un appui le plus stable possible pendant la course. En boutiques de sport, ce genre d’informations est spécifié sur chaque paire pour que vous puissiez choisir celle conçue pour votre type de pied. Le poids des chaussures, également indiqué, doit être pris en compte en fonction des performances que vous désirez accomplir. Pour la vitesse, choisissez des chaussures légères. Pour l’endurance, privilégiez des chaussures plus lourdes mais plus à même d’amortir votre poids sur la durée.

Cross Training

Accro au crossfit, aux squats, auxdeadlift, aux pussh press, aux burpees et autres noms barbares, vous avez besoin d’une stabilité à toute épreuve. Pour ce type d’activité, vos chaussures doivent donc prendre en compte votre pronation, mais surtout maintenir votre cheville, quitte à être relativement lourdes. Leur semelle ne doit pas être trop épaisse pour que vous puissiez sentir le sol et ainsi avoir une meilleure explosion pour les exercices de saut et d’équilibre.

Musculation

Jouer les gros bras commence par une bonne paire de chaussures. En salle de gym où le sol est dur, on vous déconseille de porter les mêmes baskets que celles de votre jogging du dimanche. Des chaussures aussi légères, conçues pour la course, augmentent vos chances de vous blesser. Dirigez-vous plutôt vers des baskets à semelles lourdes vous garantissant une bonne stabilité pour soulever des poids. Néanmoins, si vous avez déjà des chaussures pour le cross-training, vous pouvez vous permettre de les porter pour la musculation également.

Sports sur pelouse

Football, baseball, softball, ou encore rugby. Ces sports sur pelouse nécessitent une bonne adhérence pour ne pas glisser sur l’herbe et mieux gagner. Nous ne serons que trop vous conseiller de prendre des crampons adaptés à votre sport de plein air, voire au type de pelouse que vous foulez (humide ou sèche). Il n’y a pas d’autre secret.

Tennis et basketball

Étonnamment, ces deux sports bien différents exigent des chaussures semblables. Si on imagine pour le basket des chaussures montantes, il s’agit aujourd’hui davantage d’une mode que d’une nécessité. Sur terre battue comme sur terrain crissant, vous êtes amené à faire beaucoup de déplacements et avez donc besoin d’une cheville bien maintenue par une chaussure lourde. Une chaussure légère augmente vos risques de vous fouler la cheville.

Cyclisme

Pour optimiser vos performances sportives, on vous conseille de miser sur des chaussures spéciales, dont la semelle rigide souvent dotée de crampons assure une adhérence maximale à la pédale. Généralement à scratchs, certains modèles se dotent aussi d’une boucle à réglage micrométrique (le même genre d’attache que l’on trouve sur les rollers ou les chaussures de ski). Un pied correctement maintenu vous permettra de bien transmettre la puissance de vos jambes jusqu’au vélo. Ce type de chaussure taillant généralement petit, veillez à choisir la plus grande pointure si vous hésitez entre deux tailles. Et contrairement aux autres sports, elles vont dureront bien des années de pratiques donc n’ayez crainte d’investir.

Enfin, si malgré tous nos conseils, vous rencontrez des problèmes au niveau de vos articulations ou de votre dos, changez de coach ou consultez un podologue qui réalisera un examen complet. Pensez à apporter vos chaussures de sport usées avec vous pour qu’il puisse en étudier l’usure, révélatrice de votre façon de vous tenir pendant l’effort. Ce spécialiste du pied pourra par exemple vous prescrire des semelles sur mesure pour prévenir vos troubles. De quoi repartir du bon pied.

Cet article n’est pas écrit par nos soins mais par Anthony Vincent journaliste sportif au Figaro.