Sportifs et ostéopathie

L’ostéopathie chez les sportifs


Sportifs et ostéopathie
Section du site :
Section ostéopathieSection ayurvédaSection phytothérapieSection sportifs

Champs d’action

Si les sportifs professionnels s’intéressent tellement à l’ostéopathie, c’est que celle-ci peut intervenir auprès d’eux à plus d’un titre.

Elle permet :

– d’avoir une action préventive
– de traiter certains déséquilibres
– d’effectuer un suivi
– de soulager des douleurs
– d’améliorer les performances
– de préparer à une épreuve

Ostéopathie chez les sportifs de tous les niveaux :
Les sportifs soumettent leur corps à un certain nombre de contraintes importantes. L’ensemble des structures biomécaniques est sollicité :

– Articulations
– Muscles
– Tendons
– Ligaments

Pour qui ?

L’intervention d’un ostéopathe peut être tout à fait intéressante pour les sportifs à tous les niveaux.

Qu’il s’agisse :

– d’un amateur qui veut pratiquer sans risque tout en se faisant plaisir ;
– d’un semi-professionnel qui souhaite améliorer ses performances ;
– d’un professionnel qui désire récupérer rapidement après une blessure ou qui cherche à se préparer à une épreuve particulière.

Le côté préventif est également fondamental et, au sein d’équipes importantes, le thérapeute pratique en étroite collaboration avec toute une équipe médicale (pluridisciplinaire).

La pratique ostéopathique chez les sportifs varie en fonction de :

– l’âge ;
– la condition physique ;
– la demande du patient ;
– le lieu d’intervention ;
– l’urgence de la situation.

Action préventive pour les sportifs

Il est possible pour des sportifs de consulter des ostéopathes même en dehors de toute douleur ou problème particulier.

En effet, une visite régulière (une ou deux fois par an par exemple) permet de prévenir plutôt que guérir, une pratique dans laquelle les ostéopathes excellent. Ils peuvent ainsi rééquilibrer les différentes structures avec facilité, aucun blocage particulier n’étant à prendre en compte.

Le thérapeute devra toutefois faire attention à ne délaisser aucun paramètre dans la mesure où si une chaîne lésionnelle en devenir n’est pas corrigée dans son entier, des pertes de compensation (douleurs consécutives à un traitement partiel) surviendront.

Si la plupart des séances d’ostéopathie nécessitent une mise au repos pendant quelques jours, cela n’est pas toujours possible chez les sportifs et le traitement doit donner un résultat aussi rapide que possible.

D’un autre côté, le traitement ostéopathique permettra de raccourcir considérablement la durée d’immobilisation ou de consolidation des blessures les plus graves (entorses et tendinites notamment).

Suivi thérapeuthique

Un certain suivi thérapeutique est parfois nécessaire. Bien que les sportifs souhaitent le plus souvent des résultats rapides afin de pouvoir reprendre leur activité le plus vite possible, plusieurs séances sont parfois nécessaires pour conforter un traitement.

Par ailleurs, pour les sportifs de haut niveau, s’assurer régulièrement qu’aucune chaîne lésionnelle n’est en train de s’installer peut être très profitable.

L’ostéopathe du sport peut participer à l‘amélioration des performances sportives :

en ajustant au mieux les différentes structures ;
en augmentant l’amplitude des mouvements en permettant d’avoir des gestes plus fluides et une meilleure perception de son corps.
Avant une épreuve sportive, il est intéressant de consulter un ostéopathe.

Plusieurs paramètres seront toutefois à considérer :

Évitez de vous rendre pour la toute première fois chez un ostéopathe avant une épreuve sportive. En effet, les réactions sont parfois imprévisibles et effectuer un effort important alors que le corps cherche à s’adapter n’est pas forcément une bonne chose.
En fonction des ajustements auxquels il sera nécessaire de procéder, il faudra consulter plus de trois jours avant l’épreuve, de façon à laisser au corps le temps d’intégrer les nouvelles informations.
Il est toutefois possible de procéder à quelques ajustements mineurs quelques heures avant l’épreuve. Dans ce cas, en fonction du sport pratiqué, on procèdera soit à une action de détente avec un travail crânien, soit au contraire à un travail plus dynamique avec une approche essentiellement structurelle.